Arrêter de fumer, oui ce n’est pas si compliqué !

26 janvier 2021
separator

Aujourd’hui, je vais bouleverser vos idées : oui, arrêter de fumer est possible !

Mais avant de vous expliquer comme arrêter de fumer, laissez-moi vous expliquer pourquoi.

 

  • Pourquoi arrêter de fumer ?

 

Il n’est jamais facile de voir quelqu’un mettre sa santé en danger, voir ses dents jaunir et ses cheveux tomber, savoir que les quintes de toux hivernales ne sont pas dues à la fraîcheur ambiante mais à l’irritation des bronches par la fumée de la cigarette… Cela fait un moment que je me penche sur ce problème puisque j’ai pas mal d’amis qui fument et cela m’embête toujours pour eux.

Si les fumeurs pouvaient arrêter de fumer en appuyant sur un simple bouton, 99% d’entre eux arrêteraient. Mais pour la plupart des personnes qui souhaite cesser de fumer, c’est un échec. Il leur manque la clé de la réussite.

J’ai énormément lu et appris sur cette drogue, en passant des simples livres de vulgarisation aux études de psychopharmacologie. Et j’ai appris bien des choses surprenantes qui m’ont permis de sevrer des personnes de mon entourage.

 

  • Pourquoi est-il difficile d’arrêter de fumer ?

 

 Pour le fumeur qui souhaite arrêter de fumer, un certain nombre de choses sont indispensables à comprendre. Toutes les drogues offrent deux versants de la dépendance : la dépendance physique et la dépendance psychologique.

 

-La dépendance physique à la cigarette est très faible :

La dépendance physique se traduit par l’apparition de symptômes de sevrage à l’arrêt. Par exemple, un alcoolique qui arrête brusquement l’alcool peut se sentir très anxieux, délirer et faire des crises d’épilepsie dont il peut mourir en l’absence de traitement. Il s’agit d’une drogue dure avec une dépendance physique forte. Ne parlons pas des cas de l’héroïne ou de la cocaïne qui sont pires encore…

Pour toutes ces drogues, l’arrêt sans aide médicale est presque impossible. Mais les études montrent que la cigarette, via la nicotine principalement, a une dépendance physique particulièrement faible. C’est en fait probablement une des drogues les plus douces au monde.

 

-C’est la dépendance psychologique à la cigarette qui est bien plus importante :

En effet, le fumeur est intimement persuadé que la cigarette le déstresse. Il s’agit d’un phénomène culturel bien implanté. Et s’il décide d’arrêter, les autres lui diront “Et tu y arrives ? Ça va ?”, lui insufflant un peu plus l’idée qu’il s’agit de quelque chose de difficile.

En vérité si vous avez déjà fumé, vous avez pu remarquer que la cigarette ne déstresse que les fumeurs. Une personne non fumeuse ne trouve jamais que sa première cigarette est “bonne” ou “déstressante”. En fait, la nicotine entraîne des modifications du fonctionnement cérébral et les variations du taux de nicotine absorbée (on fume de manière discontinue) provoque alors des symptômes de manque, qu’on ne peut voir que chez le fumeur chronique.

 

Il est donc important pour le fumeur d’intégrer qu’il fume une drogue douce, très facile à arrêter à la condition unique de se débarrasser de ses idées reçues. Les scientifiques sont formels : la cigarette ne déstresse que les fumeurs qui comble temporairement un effet de manque. Les substituts comme les patchs sont inefficaces pour arrêter de fumer.

 

  • Ce qu’il faut faire pour arrêter de fumer

 

-Se débarrasser de la dépendance psychologique :

En premier lieu, vous devez vous débarrasser de la dépendance psychologique. Sur cette partie, personne ne peut le faire à votre place. Vous devez vouloir ne plus être dépendant d’une substance qui n’apporte rien à votre vie si ce n’est un teint pâle, des dents jaunes et des problèmes de santé.

 

-Savoir comment se passe l’arrêt de la cigarette et en particulier les conséquences de l’arrêt de la nicotine :

La nicotine agit sur un neurotransmetteur : la dopamine. La dopamine est impliquée dans le système de récompense du système nerveux. À l’arrêt, cette fluctuation cesse. On se retrouve alors fatigué, abattu, stressé pendant quelques jours. C’est le temps pour que votre cerveau reprenne le contrôle et modifie la sensibilité de ses récepteurs à la dopamine pour que ceux-ci reviennent dans leur état initial, comme avant de commencer la cigarette. Cette période dure de 2 jours à 10 jours selon les individus (en général, moins d’une semaine).

Eviter de consommer du café et l’alcool qui donne envie de fumer.

-Savoir gérer les effets désagréables à l’arrêt du tabac :

Pas de panique, je vais vous expliquer comment ne pas ressentir ces effets !

Si je ne fume plus, que faire pour calmer mes nerfs ? Beaucoup de personnes se rabattent sur la nourriture et grossissent. Ce n’est donc pas idéal. Il est important de savoir trouver des méthodes pour gérer son stress.

C’est par exemple l’objectif de la cigarette électronique. Cette dernière a par ailleurs montré une bonne efficacité pour arrêter de fumer. Néanmoins, je ne conseille pas forcément la cigarette électronique car elle entretient inconsciemment l’idée que la cigarette donne du plaisir et c’est aussi toxique.

 

Chercher plutôt des choses simples : des techniques de respiration et de méditation très courtes à chaque fois que vous avez envie de fumer, le sport  (informations sur mes cours Gym & Stretch), téléphoner à un ami, boire un thé, etc. À vous de voir ce qui convient le mieux à votre mode de vie.

 

La pratique du yoga augmente les chances de réussir à arrêter de fumer de 37% !

 

Mais surtout posez-vous la question : mais comment font les non-fumeurs pour gérer le stress ? Êtes-vous si mauvais pour que vous n’y arriviez pas comme les autres ? Cela m’étonnerait et je crois que vous êtes d’accord avec moi, non ? En fait, vous manquez simplement de technique et de réflexion !

 

  • Les compléments alimentaires que je vous conseille pour arrêter de fumer

 

Pour ne pas ressentir les effets de l’arrêt de la cigarette au niveau psychique et pour se débarrasser de ce produit facilement, voici ce que je vous conseille :

 

La vitamine D du laboratoire SOLGAR 10.000 UI.

 

Le chelated magnésium du laboratoire SOLGAR, 2 gélules matin/midi/et soir.

 

-En pharmacie MILDAC 300mg, 4 comprimés/jour en deux prises. Il s’agit de millepertuis, une plante aux vertus antidépressives légères. Sans accoutumance et avec très peu d’effets secondaires (photosensibilisation au soleil principalement). Attention médicament en vente libre mais qui possède des contre-indications à voir sur la notice.

En conjonction avec une bonne alimentation, cette méthode n’a jamais failli !

 

Vous avez toutes les cartes en main, avec de la volonté j’en suis sûre que vous y arriverez !

 

Si vous avez besoin d’être assisté, merci de remplir le formulaire ci-dessous. Je me ferais un plaisir de vous accompagner :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *