Les conseils de Babsie

Conseils Bien-être

L’ECZÉMA, COMMENT VOUS EN DÉBARRASSER DÉFINITIVEMENT ?

8 février 2022


Je vous explique tout et vous donne quelques conseils à appliquer, surtout au niveau de votre alimentation.

 

  • Les deux types d’eczémas

 

Démangeaisons, peau très sèche, suintements, rougeurs et parfois surinfection bactérienne… tels sont les principaux symptômes de l’eczéma ou plutôt des eczémas, car derrière ce terme se cachent deux formes différentes : l’eczéma de contact et l’eczéma atopique (appelé également dermatite atopique).

 

L’eczéma de contact est une réaction soit irritative soit allergique, survenue après un contact plus ou moins prolongé avec une substance allergène ou agressive pour la peau (un produit ménager ou un parfum par exemple). C’est un trouble ponctuel qui ne dure pas, du moins tant qu’on évite le produit sensibilisant.

 

L’eczéma dermatite atopique est souvent chronique, marquée par des crises à répétition altérant alors la qualité de vie. La médecine actuelle suppose qu’il existe une prédisposition génétique provoquant une altération de la barrière cutanée. Cela la rend ainsi plus fragile. Cette fragilité va permettre à des substances allergènes variées et présentes dans l’environnement de passer la barrière de l’épiderme

 

Mais j’aimerai ajouter un facteur important, la science oublie… le facteur psychologique ! Pourquoi déclare-t-on une maladie ? Les pensées négatives, le stress, un choc important, (divorce, perte d’un être cher, trahison, perte de son emploi, sans oublier l’alimentation industrielle et transformée, etc.)  peuvent provoquer des nombreux symptômes et maladies physiques en entravant la fonction de divers organes et systèmes de notre corps, et cela  à différents niveaux !

  

  • Les choix nutritionnels indispensables à connaître et à adopter

 

Comme dans tout phénomène d’inflammation, le système immunitaire joue un rôle fondamental ! En cas de dermite atopique et durant la crise d’un eczéma de contact, on aura donc intérêt à se tourner vers une alimentation hypotoxique et anti-­inflammatoire afin de tempérer cet emballement immunitaire.

 

Pour commencer, vous devez ABSOLUMENT fuir les exhausteurs de goût et tous les produits industriels transformés.

Commencez par suivre une règle simple : plus un aliment est transformé, plus il a de chances de contenir des substances pro-inflammatoires. Privilégiez les produits de base, non transformés et frais, issus de l’agriculture biologique. Évitez les plats préparés, les gâteaux et les biscuits industriels. Bien sûr, il va falloir retourner en cuisine. Mais il est facile de préparer de très bons plats à base de quelques ingrédients, en peu de temps.

 

  • Et concernant les nutriments ?

 

Il faut faire des choix éclairés. Pour les glucides, par exemple, il vaut mieux sélectionner ceux qui affichent un index glycémique faible. Et se rappeler que les aliments dont l’index glycémique est élevé sont pro-inflammatoires. Voici quelques recommandations :

 

Remplacez le sucre blanc par du sucre complet ou mieux du sucre de coco (à la délicieuse saveur de miel un peu caramélisé et surtout avec un indice glycémique très bas) ou du miel.

 

-Cuisinez des pâtes et riz plutôt complets (riz basmati, riz noir et pâtes complètes bien plus nutritifs), et cuisinez-les al dente ! À savoir et à noter que les fibres alimentaires ralentissent l’absorption des glucides. Ce qui limite l’impact de ces derniers. Il vaut mieux éviter alors de céréales raffinées et faire la part belle aux céréales complètes. Associez une bonne quantité de légumes à ses plats est indispensable !

 

  • Les macronutriments à surveiller

 

Là encore, on cherchera à limiter les acides gras saturés pro-inflammatoires et à faire le plein d’acides gras omégas 3, anti-inflammatoires.

 

Pour y arriver, pensez à l’huile de germe de blé, de cameline et de noix de cerneaux. Mais attention, l’huile de lin et de cameline sont sensibles à l’oxydation. C’est pourquoi il est recommandé de les consommer dans le mois qui suit leur ouverture et de les conserver au réfrigérateur.

  

  • Faites le plein d’antioxydants

 

Les substances antioxydantes sont des armes pour lutter contre l’inflammation.

 

Certains aliments en contiennent une grande quantité, et surtout les fruits rouges et les fruits des bois (myrtille, mûre, groseille, framboise, cassis), la grenade et les crucifères. Dans cette dernière famille, le chou vert et les brocolis n’enchantent pas toujours le palais. Mais bien cuisiné dans des recettes gourmandes, rien à voir et régalez-vous !

On peut se tourner vers le cresson, les radis, les navets, le chou kale, la moutarde, la roquette qui font partie de ce groupe. Faites-les en jus frais aussi et ajoutez un fruit et votre cocktail devient un délice et de plus super nutritif !

 

  • Des acides gras vraiment essentiels

 

La barrière cutanée étant fragilisée, il va falloir axer ses choix alimentaires sur des nutriments réparateurs. Participant à la restauration de la barrière hydrolipidique cutanée, les acides gras essentiels jouent un rôle majeur à ce niveau. Autant les oméga-3 que les oméga-6 d’ailleurs qui sont indispensables pour la synthèse des membranes cellulaires permettant de redonner souplesse et élasticité à la peau qui est alors moins fragile. Associez-les à de bonnes sources de zinc et de sélénium sous la forme de noix et amandes et de vitamine C (agrumes, poivrons, persil, fruits exotiques).

 

  • Et pour les gourmands ?

 

Je le suis moi la première. Pas question de s’alimenter tristement. ET c’est vraiment possible !

 

Je vous conseille d’aller sur mes recettes sucrées, sans gluten bio et tellement goûteuses ! Pensez aussi à utiliser des légumes comme la courgette et la patate douce dans vos recettes de gâteaux.

 

  • Des aliments à éviter

 

Certains aliments peuvent entraîner un eczéma chronique atopique, car ils sont réputés comme étant de possibles allergènes.

Méfiance donc avec les céréales avec gluten, les fruits exotiques, les cacahuètes, les œufs, (parfois à tester…) les crevettes ou encore les tous les produits laitiers. (Fromage, crème, yaourt). Consommez du beurre cru.

 

 

  • Hygiène de vie

 

Enfin, il faudra ajouter des mesures d’hygiène de vie spécifique : porter des vêtements en matière douce et non irritante comme le coton. Avoir un choix éclairé sur ses cosmétiques qui devront tout autant hydrater que restaurer la barrière cutanée. Les hydrolats vous aident à apaiser et à calmer les démangeaisons : camomille romaine, lavande, rose de mai, à utiliser en application locale ou dans un bain. Préférer des soins levants surgras sans savon pour le corps. Pour réparer l’épiderme il est indispensable de jouer à tous les niveaux !

 

Je vous déconseille les produits cosmétique en tout genre, elle rendent l’épiderme vulnérable et l’intoxique ! Utilisez des huiles. Vous pouvez essayer mon super complex Magic Beauty Oil, by Babsie Steger.

 

Infos dans ces liens ci-dessous :

/prestations/magic-beauty-oil-by-babsie-steger/

/beaute/mode-demploi-de-magic-beauty-oil-by-babsie-steger/

 

N’oubliez pas non plus de bien vous hydrater au quotidien : la peau a aussi besoin de beaucoup d’eau et elle nous le fait vite savoir quand elle en manque, un peu comme une plante !

 

 

 

Pour savoir si votre état s’améliore, commencez à éliminer ces produits citez ci-dessus. Puis vous pouvez tester en les réintroduisant un par un et voir comment votre épiderme se comporte (mais d’une manière générale et par expérience, vous avez tout intérêt à éliminer les produits à base de gluten et les produits laitiers).

 

Pour toute information et conseil  merci de me faire parvenir un mail :

 

     

    Dernières publications

    Mes Recettes - 2 décembre 2022

    Mes Recettes - 2 décembre 2022

    CRÈME DE BUTTERNUT/GINGEMBRE/PAPRIKA

    Life Coaching - 2 décembre 2022

    PILULE OU PAS PILULE, TELLE EST LA QUESTION ?