Le Bol d’Air Jacquier

31 octobre 2017
separator

Pourquoi nous avons tant besoin de respirer avec le Bol d’Air Jacquier ?

Comment lutter contre l’hypoxie et stimuler l’assimilation de l’oxygène par la cellule ?

Comment améliorer à la fois son transport dans le sang et sa libération dans les tissus afin d’assurer à l’organisme une oxygénation cellulaire optimale ?

Conscient du fait que la simple augmentation de la quantité d’oxygène respirée n’est pas la solution, René Jacquier cherchait un support naturel, facilement accessible, transformable en porteur d’oxygène et connu de manière suffisamment universelle pour que l’ancienneté de son usage soit le garant de son innocuité.

Constatant que depuis l’antiquité, les lieux de santé se trouvent au sein des forêts de pins et de sapins et d’observations en expériences, René Jacquier trouve dans les essences de résines de pin la réponse à ses questions. Les terpènes et notamment les alpha et béta pinènes sont les molécules aromatiques les plus répandues dans la nature.

Elles sont partout dans la campagne mais particulièrement dans les forêts de résineux. Lorsqu’elles sont péroxydées par le soleil et dans certaines conditions météorologiques, elles deviennent des catalyseurs d’oxygénation. Le Bol d’air Jacquier® tire son appellation de cette particularité. Il reconstitue un air enrichi en transporteurs naturels d’oxygène, tels qu’il en existe de façon concentrée sur la canopée des forêts de pin. C’est un Bol de santé.

Le Bol d’air® ne produit pas d’oxygène et c’est là son avantage. Il n’entraîne pas d’hyper-oxygénation et favorise l’oxygénation tout en augmentant la capacité de défense anti-radicalaire (Travaux de l’Université de Bourgogne). Cette approche n’est en rien comparable à une oxygénation quantitative, qui présente un risque radicalaire.

Seule la partie volatile d’une oléorésine (issue de la résine) de pin, Pinus Pinaster, peut être utilisée. Par peroxydation, celle-ci acquiert des propriétés bénéfiques nouvelles, dont la principale est de stimuler l’oxygénation cellulaire de façon équilibrée et durable.

Il ne s’agit donc pas d’une aromathérapie classique… La plupart des huiles essentielles devenant pro-oxydantes par peroxydation. Le procédé est unique et reproduit un phénomène naturel complexe.

 


 

Ingénieur chimiste, élève du prix Nobel Victor Grignard, spécialiste de chimie organique, René Jacquier, né en 1911, fait une carrière de chercheur principalement pour le groupe Progil/Rhône Poulenc.

Il y conduit des travaux dans de nombreux domaines, dont les antibiotiques et les procédés d’extraction de la pénicilline. Mais il s’intéresse surtout aux hormones, aux enzymes, aux vitamines et aux phénomènes biologiques qui déterminent “l’état de santé idéal”.

En 1947, il publie au Brésil, dans le cadre de l’institut Osvaldo Cruz, les principales conclusions de ses recherches pour entretenir cet état de santé optimal. Ses conceptions indissociables de la biologie, de la chimie et de la physique, intègrent l’extrême complexité des écosystèmes et de la vie. C’est ainsi qu’il lance le concept d’oxygénation biocatalytique qui donnera naissance au Bol d’Air Jacquier®, dont le but est de stimuler les processus de régulation et d’auto-guérison qui existent en nous, par le biais de l’oxygénation cellulaire. Aujourd’hui, la science moderne confirme la plupart de ses théories, élaborées voici plus de 60 ans.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives.

 

Je vous propose des séances de 8 mn. Tarif 9 €.

Idéalement à pratiquer 2 fois / semaine

 


 

Contact et prise de RENDEZ-VOUS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *