Les conseils de Babsie

Mon Blog

POURQUOI JARDINER REND HEUREUX ?

8 juillet 2022


C’est un sentiment pas évident à décrire… Je l’appelle « la gratitude ». Et même si vous ne voyez pas exactement de quoi je parle, faites-moi confiance, je vais vous livrer un rituel personnel qui peut transformer votre bien-être au quotidien !

 

De mon côté, je ressens de la gratitude quand la graine que j’ai tant choyée commence à germer, quand je croque dans une pomme sucrée et juteuse de votre verger, dans une tomate ou une fraise charnue et savoureuse tout juste récoltée au potager, quand j’entends le doux bourdonnement de l’abeille qui butine les fleurs de courgettes, ou encore quand j’hume l’odeur des rosiers.
Bon, je sais que je vais peut-être perdre les plus terre à terre d’entre vous… Mais qu’en dit la science ?

 

  • Les vertus de la gratitude

 

La gratitude, ce n’est pas juste un sentiment agréable qui envahit notre cœur. C’est bien plus que cela. Les scientifiques qui ont planché sur ses effets n’en croyaient pas leurs éprouvettes…

Elle serait en fait bénéfique à tous les niveaux de notre être : les personnes qui cultivent le sentiment de reconnaissance auraient ainsi un meilleur sommeil et seraient moins sujettes aux accès de désespoir, par exemple.

 

Certaines études laissent aussi à penser que la reconnaissance pourrait aussi contribuer à améliorer notre santé cardiaque et notre système immunitaire. Un peu comme une potion magique, gratuite, toujours à portée de main et illimitée !

 

  • Pourquoi les jardiniers sont les plus heureux du monde ?

 

Dire « merci », c’est apprendre, à mieux observer ce qui est déjà là et l’apprécier à sa juste valeur, pour sa simple présence, sans la tenir pour acquise. Mais la gratitude ne se ressent donc QUE lorsqu’on est pleinement attentif à soi, à nos perceptions, aux autres, à ce qui nous entoure.

Aujourd’hui dans mon nouvel univers, je prends le temps de pratiquer la coupe de mes rosiers ou le jardinage naturel, et c’est justement une des pratiques pour se reconnecter à tout cela quand je ne suis pas en train de donner mes cours de méditation en pleine conscience, « j’apprends ». Parce que cultiver son jardin dans le respect des rythmes naturels, c’est aussi cultiver son jardin intérieur, se reconnecter au vivant, le contempler avec humilité, rendre grâce aux dons que la nature offre chaque jour.

 

C’est une ode à la Vie, à laquelle on sait et se sent pleinement appartenir. Nos sociétés modernes nous arrachent à cette connexion vitale, en faisant de la gratitude une simple commodité. Il est plus que jamais urgent de renouer avec ce sentiment de réciprocité et même… de le cultiver. 

 

« Si nous pouvions percevoir clairement le miracle que représente une simple fleur,
notre vie toute entière changerait. »

Cette phrase qui a tout son sens date d’il y a plus de 2000 ans… et c’est à Bouddha qu’on la doit !

 

La permaculture peut faire partie de cet exercice et nous rappelle justement ce lien fondamental entre tous les êtres. Et cultiver son jardin dans le respect des rythmes naturels, permet de cultiver son jardin intérieur, se reconnecter au vivant, le contempler avec humilité, rendre grâce aux dons que la nature offre chaque jour.

 

Vous pouvez aussi pratiquer dans votre jardin, au parc, sur le balcon, ou dans votre appartement. Idéalement tous les jours, pour cultiver la gratitude, vous reconnecter instantanément à votre âme d’enfant, contempler un rien avec un émerveillement.

C’est aussi exactement ce que je vous propose d’expérimenter dans mes cours de méditations tous les dimanches, des exercices et pratique parfois aussi en musique de pleine conscience. Faites-moi confiance, vous allez ressentir la différence !

 

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez vous inscrire pour un cours de méditation, n’hésitez pas à remplir le formulaire contact ci-dessous :

 

    Catégories


    Dernières publications

    Mes Recettes - 2 décembre 2022

    Mes Recettes - 2 décembre 2022

    CRÈME DE BUTTERNUT/GINGEMBRE/PAPRIKA

    Life Coaching - 2 décembre 2022

    PILULE OU PAS PILULE, TELLE EST LA QUESTION ?