Le poireau

08 mars 2021
separator

Cette année pour la première fois, j’ai semé des graines de poireaux. Il a mis un peu de temps pour pousser, mais finalement j’en ai eu jusqu’en novembre. Je suis ravie parce qu’il agrémente beaucoup de mes plats culinaires.

Ce légume vert appartient à la même famille que l’ail, l’oignon, la ciboulette ou l’échalote : les alliacées. Mais contrairement aux autres membres de cette famille, il ne forme pas de bulbe. Les parties comestibles de la plante sont plutôt la base blanche. Les poireaux se consomment à la vapeur, en soupe, sauté ou ils remplacent les oignons dans mes créations culinaires.

Recette : Mijoté de patate douce

https://lesconseilsdebabsie.com/cuisine/mijotee-de-patates-douces-graines-de-coriandre-et-feuilles-de-kaffir/

 

Il existe peu de recherches scientifiques portant spécifiquement sur le poireau. Mais les bénéfices du poireau sont proches de ceux de l’oignon et de l’ail. Donc, n’hésitez pas… il est vraiment bénéfique pour notre bien-être !

 

  • Fibres prébiotiques

 

Le poireau est particulièrement riche en fibres qui favorisent le transit. Les fibres prébiotiques favorisent de bonnes bactéries intestinales indispensables pour notre microbiote ! Une étude sur des rats a montré que la consommation de fibres alimentaires prébiotiques favorise la qualité du sommeil parce que les prébiotiques auraient un effet relaxant.

 

  • Un protecteur cardiovasculaire et anti-cancer 

 

Les poireaux sont une source de polyphénols antioxydants, dont le Kaempférol. Grâce à ce flavonoïde (présent aussi dans d’autres légumes verts à feuilles, comme le chou ou le brocoli), le poireau est associé à une réduction du risque de maladies cardiovasculaires et de cancers. Le poireau contient des antioxydants, dont le Kaempférol augmentant les défenses antioxydants de l’organisme contre les radicaux libres. De ce fait, le poireau peut être un antiinflammatoire, antimicrobien, anticancer, antidiabétique, anxiolytique, analgésique et antiallergique.

 

  • Comment le cuisiner ?

 

Pour bénéficier au mieux des atouts santé des poireaux, il vaut mieux les faire cuire à la vapeur. Arrosez-les d’huile d’olive ou d’une mayonnaise maison (pour cela, je mélange plusieurs huiles comme l’huile de chanvre, de noix de cerneaux et d’huile d’olive pour une bonne ration d’omégas 3 et 9).

Il est impératif d’utiliser des modes de cuisson douce pour préserver au mieux leurs composés antioxydants. Faire cuire le poireau à l’eau bouillante serait vraiment dommage, cela entraîne une fuite des composés protecteurs.

 

  • Comment le choisir ?

 

Choisissez-le bien fourni, ferme avec des feuilles bien vertes !

Le poireau cru se conserve un peu moins d’une semaine dans le bac à légumes du réfrigérateur. J’ai pour habitude, si la tige de poireau est petite et très tendre, de l’ajouter cru dans mes salades.

Couper le haut des feuilles avant de les conserver. Pour limiter le gaspillage, utilisez les feuilles vertes que vous avez préalablement lavées dans vos soupes, cela donne beaucoup de goût.

 

Sauté dans une poêle avec un peu de tamari et en ajoutant quelques champignons de Paris ou du shiitake, c’est cuit en à peine 10 min et c’est délicieux !